Atelier parental sur le programme d'éducation à la sexualité​

C’est face à un public en quête de compréhension que s’est tenu samedi 18 Août un atelier ayant pour sujet le programme d’éducation à la sexualité dans les écoles. Cette nouvelle directive impose en effet des cours d’éducation sexuelle pour tous les élèves québécois.e.s du primaire et du secondaire. Cette nouveauté a suscité un vif débat et a  soulevé de grandes inquiétudes chez plusieurs parents musulmans. C’est dans ce contexte que l’institut F a proposé un atelier animé par Aula Sabra, sexologue, et Mélanie Trudel, coach professionnelle et enseignante, afin de permettre à ces parents d’obtenir des réponses à leurs questionnements.

Plusieurs aspects ont pu être abordés notamment les tabous au niveau culturel qu’entoure la notion de sexualité, le manque de discussion entre les parents et leurs enfants qui en découle et la perspective de l’islam sur le sujet. Les intervenantes ont cité plusieurs hadiths (récits rapportant une parole ou un acte du prophète Muhammad) qui parlent de sexualité afin de démontrer que le sujet n’est pas tabou dans l’islam. De plus, les parents présents ont posé beaucoup de questions afin de savoir comment faire pour discuter du sujet avec leurs enfants.

Selon Aula Sabra, une des premières sexologues musulmanes au Québec, il est important de ne pas prendre ces cours d’éducation pour de l’incitation à la sexualité. Elle conseille aux parents d’être à l’affût des informations qui circulent concernant le programme afin de leur permettre d’assurer un bon suivi auprès de leurs enfants. Elle insiste également sur le rôle essentiel des parents dans l’éducation à la sexualité qui relève d’un effort conjoint avec l’école. Pour Mélanie Trudel, trois éléments de base favorisent la discussion du sujet entre les parents et leurs enfants. Premièrement, il s’agit d’éviter la dramatisation et l’émotivité. Ensuite, il est important que les parents expliquent leur point de vue et prennent en compte celui de leur enfant sur le sujet. Enfin, elle leur conseille de rester simples et honnêtes dans leurs explications sans être évasifs.

Lors de l’atelier, les intervenantes ont su être à l’écoute et soucieuses de répondre au mieux aux doutes et inquiétudes soulevés. Ainsi, grâce à des participants.es réceptifs.ves, ce moment d’échange a permis l’émergence de riches discussions ayant contribué à lever certaines appréhensions. Institut F souhaite sincèrement remercier toutes les personnes ayant contribué au bon déroulement de cet évènement.

Par: Diena N’Dongo

© 2017 Institut F – Tous droits réservés