L'équipe

Conseil d’administration

Asmaa Ibnouzahir, présidente fondatrice et directrice générale

Asmaa Ibnouzahir détient un baccalauréat en kinésiologie de McGill, une maîtrise en nutrition internationale de l’Université de Montréal et une maîtrise en études féministes de l’Université de York.

Entre 2005 et 2012, elle a travaillé dans l’urgence humanitaire dans près de 15 pays à travers l’Afrique et l’Asie. Parallèlement à son cheminement professionnel, Asmaa intervient depuis 2006 comme conférencière pour les droits humains, en particulier, les droits des femmes et des minorités racisées au Québec, ainsi que les questions liées à l’immigration, à la laïcité, et au statut des femmes en Islam.

En 2015, elle a publié son livre Chroniques d’une musulmane indignée, paru chez Fides.  En 2017, elle a conçu le cours Féminismes et Islam qu’elle a enseigné à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM et a fondé l’Institut F dont elle est toujours présidente et directrice générale. En 2019, elle a reçu le prix Femmes de mérite dans la catégorie « Engagement social et environnemental » de la part de la Fondation du Y des Femmes. En 2021, Asmaa s’est aussi jointe au conseil d’administration de la Maison Parent-Roback.

Halimatou Bah, administratrice

Halimatou Bah détient un baccalauréat en sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal, une maîtrise en administration publique ainsi qu’un certificat en évaluation de programme de l’École nationale d’administration publique (l’ENAP).

Activiste et profondément concernée par les problématiques environnementales et de justice sociale, elle s’implique depuis six ans dans différentes sphères de la société québécoise afin de défendre les causes qui lui tiennent à coeur, notamment l’épanouissement et le rayonnement des femmes musulmanes du Québec.

Aujourd’hui, Halimatou continue à mener son combat en faveur de l’environnement et de l’écosocialisme. Féministe et engagée, elle lutte vigoureusement contre les injustices et les violences faites aux femmes, particulièrement la violence conjugale.

Sarah Elgazzar, administratrice

Diplômée de l’Université McGill, Sarah Elgazzar détient un baccalauréat en sciences avec double majeure en psychologie et études du Moyen-Orient, se spécialisant respectivement en neuropsychologie et en études islamiques.

Professionnelle en politique et en communication, elle est actuellement conseillère à Research for Impact à Singapour. Auparavant, chargée de cours au Cambridge Muslim College (CMC) au Royaume-Uni, elle y a développé et dispensé des cours dans des domaines tels que le développement communautaire et la communication stratégique. Elle a également été porte-parole nationale et directrice régionale des communications pour le Conseil national des musulmans canadiens à Montréal, où elle a dirigé des campagnes de communication publique et a conseillé des comités parlementaires.  Elle a reçu la Scarlet Key pour son excellence en leadership et ses contributions parascolaires, y compris pour la cofondation du premier centre pour femmes musulmanes à Montréal.

Adama N'Diaye, administratrice

Diplômée de La Sorbonne Paris IV et détentrice d’un master spécialisé en Développement International de l’ESCG Paris, Adama N’Diaye suit également un cursus en Sciences Islamiques, arabe littéraire et art de la psalmodie. 

Elle exerce depuis bientôt 10 ans dans le domaine de la Coopération Internationale et de la philanthropie au service d’organisations non gouvernementales. Experte en récolte de fonds digitale, sa carrière évolue grâce à des postes à responsabilité au sein d’organisations très variées notamment en France et aux États-Unis. Adama est actuellement responsable de la philanthropie au Centre de Coopération Internationale en Santé et Développement (CCISD) et chargée de projet en développement philanthropique à la Maison Parent-Roback. 

Investie dans les milieux de défense des droits des femmes (francophones et anglophones) depuis plusieurs années avant de s’établir au Canada, elle s’engage particulièrement dans la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre, notamment sur la thématique des Mutilations Génitales Féminines (MGF/FGM), l’émancipation des femmes marginalisées ainsi que les victimes de violences sexuelles.

losange_doré

Employées

JSaulnier

Johanne Saulnier, directrice de la philanthropie et chargée de projet

Johanne Saulnier détient un baccalauréat en Administration des affaires de l’Université du Québec à Montréal et elle poursuit actuellement des études de deuxième cycle en management à l’Université Laval. 

Elle cumule près de dix années d’expérience dans le milieu de la philanthropie. Elle a notamment été coordonnatrice pour la Fondation Madeli-Aide pour l’éducation, un organisme dont la mission est de promouvoir les études auprès des jeunes des Îles de la Madeleine. 

Gestionnaire efficace et possédant un leadership naturel, Johanne a développé une expertise dans l’organisation d’activités-bénéfice d’envergure et la mobilisation d’équipes vers un objectif commun. Organisée et rigoureuse, elle connait bien la réalité des communautés musulmanes du Québec et a à coeur le développement d’une société juste et plus égalitaire. 

Yasmine_S_2021

Yasmine Siagh, conseillère en relations interculturelles

Yasmine Siagh est détentrice d’un baccalauréat en service social spécialisé en analyse internationale de l’Université de Montréal et poursuit actuellement des études de deuxième cycle en médiation interculturelle à l’Université de Sherbrooke.

En plus de pratiquer depuis 2012 au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux, spécifiquement dans le domaine de la santé mentale, Yasmine s’intéresse aussi aux questions du bien-être global des populations racisées au Québec. C’est sur la question de l’inclusion, à travers le spectre de l’incidence du processus migratoire, qu’elle mène ses activités de recherche-action à l’international, et plus précisément dans le nord de l’Afrique. Son parcours lui a permis de peaufiner ses compétences en interculturalité ainsi que ses habiletés communicationnelles. Que ce soit au plan individuel ou collectif, la pierre angulaire de ses réflexions demeure la quête d’un monde équitable et digne pour toutes et tous.

Amélie Venne, chargée de projet

Amélie Venne détient un baccalauréat en Communications – Relations Humaines (Psychosociologie des communications) de l’Université du Québec à Montréal et une AEC en Intervention interculturelle du Programme Coopérant Volontaire du Cégep de Rivière-du-Loup.

Impliquée depuis 15 ans dans les domaines des relations interculturelles et de la solidarité internationale, Amélie a travaillé en formation et en communication au sein d’ONG et dans le milieu collégial. Son parcours au Québec et à l’international l’ont amené à accompagner le développement de groupes et à mettre en pratique des approches adaptées de communication et d’animation en contexte de pluralité ethnique et culturelle. Elle s’intéresse particulièrement aux enjeux de justice sociale, ici et dans le monde, et à la manière d’y sensibiliser le public.

 

losange_doré

Bénévoles

L’Institut F a le privilège de compter dans l’équipe un noyau de bénévoles engagées depuis la première année de l’organisme. De nouvelles bénévoles s’impliquent également de façon régulière ou ponctuelle et permettent, grâce à leur temps et à leur expertise, la réalisation des activités de l’Institut F. Nous tenons à remercier toutes ces femmes qui, par leur générosité, leur engagement et leur bonne humeur, contribuent à la réussite en équipe. MERCI !

Vous aimeriez devenir bénévole à l’Institut F ? Joignez-vous à l’équipe !